Patrick Bard – « Amazone ».

Patrick Bard, photographe.
Artiste présenté par Frédérique Founès, Signatures Maison de photographes.

http://www.signatures-photographies.com/vitrine/fr/photographer/patrick-bard

Exposition « Amazone », présentée lors de la première édition du Festival H²O en 2016, au Domaine des Hauts de Loire à Veuzain.

©Patrick Bard
AMAZONE, UN MONDE EN SUSPENS. RIO NEGRO. LESSIVE A PRAYA GRANDE. IL N’Y A GUERE ICI QUE QUELQUES CASES DE PECHEURS ET UNE TOUR D’OBSERVATION DES BANCS DE POISSON. LE RIO NEGRO FAIT COMMUNIQUER ENTRE EUX L’ORENOQUE ET L’AMAZONE. 5EME COURS D’EAU AU MONDE PAR SON DEBIT, IL EST PLUS LENT QUE L’AMAZONE, PLUS CHAUD AUSSI, ET IL DOIT SA COULEUR NOIRE AUX PARTICULES VEGETALES EN SUSPENSION DANS SES EAUX ACIDES. A LA JONCTION DES EAUX, A MANAUS, IL PEINE A SE MELANGER A L’AMAZONE, DONT IL EST LE PRINCIPAL AFFLUENT, DES DIZAINES DE KMS DURANT. ETAT D’AMAZONAS, BRESIL, 2006 | 015197_065 © Patrick BARD / SIGNATURES

« L’Amazone n’est pas un fleuve, c’est le fleuve. Impossible de restituer en mots un tel géant. Remonter l’Amazone,
c’est décrire la vie des cargos mixtes qui le sillonnent. C’est aussi voyager au cœur des problématiques environnementales et énergétiques de la planète : peuples autochtones confrontés à l’orpaillage sauvage en Guyane et ailleurs, peuples de l’eau abandonnés à leur sort, chassés toujours plus loin par les grands propriétaires terriens avides de terres où cultiver le soja. L’Amazone traverse un monde blessé. Mais encore sauvage. Montrer les blessures, mais aussi la beauté de ce monde-là, qui peut et doit être sauvegardé, tel est le but de cet te exposition. Porter un regard sur un monde en suspens. »

patrick-bardpatrick-bard_ecole-du-paysage

Lors du Festival, avec les étudiants de l’école du Paysage de Blois. ©artecisse.