Ophelia III

Les Ophélia d’Alexis Pandellé reposent dans leur berceau, ou moïse, sur l’étang du Domaine des Hauts de Loire. Tranquillement amarrées à des branchages de fortune, en quête de renaissance. Non loin de là les abeilles s’activent à constituer des ouvrages de cire, à se regrouper en essaims, mais ne viennent pas perturber leur sommeil. Un cygne noir a présidé à leur installation dans ce lieu de repos, présage d’imprévu rare* ? Trois Ophélia ne sont-elles pas un événement rare ?

Mais l’imprévu s’est présenté dans la lumière dorée du soir sous la forme de l’Ophélie du poète Francis Ponge ! Ophélie murmurant à l’oreille d’Ophélia…

« …/… une naine amphibie, une Ophélie manchote, grosse à peine comme le poing, jaillit parfois sous les pas du poète et se jette au prochain étang. Laissons fuir la nerveuse. Elle a de jolies jambes. Tout son corps est ganté de peau imperméable. A peine viande ses muscles longs sont d’une élégance ni chair ni poisson. Mais pour quitter les doigts la vertu du fluide s’allie chez elle aux efforts du vivant. »

grenouille

Une petite grenouille verte et dorée s’était installée sur la bordure du berceau et semblait conter fleurette à notre belle endormie. A moins que ce ne soit un prince charmant attendant l’heure de minuit pour réveiller l’élue de son cœur.

Au Domaine des Hauts de Loire, l’eau murmure des contes et légendes qui pourraient bien prendre vie pour notre plus grand plaisir.

*Théorie du cygne noir.

Installation « Ophélia III » d’Alexis Pandellé
dans le cadre du Festival H²O.